Made with racontr.com
alt
alt

Un candidat transhumaniste à la maison  blanche

alt
alt

Les transhumanistes recrutent-ils dans les écoles françaises ? 

alt

Depuis une quinzaine d’années, les questions transhumanistes sont déjà étudiées aux États-Unis. Un candidat du parti Transhumaniste américain se présente à l’élection présidentielle de 2016. En France, les hommes politiques commencent seulement à prendre connaissance de ce mouvement. Les lois bioéthiques en vigueur l’encadrent-il suffisamment ? Est-il déjà trop tard ? Si les robots intègrent demain nos sociétés, devront-ils être pénalement responsables ? Autant de sujets sur lesquels nos législations ne pourront pas faire l’impasse.



Jusqu'où l'étAt devra-t-il légiférer ?

alt
alt
alt

Zoltan Itsvan

alt
alt
alt
alt
alt
alt
alt
alt

Image d'illustration, cette image n'engage pas les personnes présentes sur le visuel

Les lois en vigueur en France


En France, les avancées biotechnologiques sont déjà encadrées par des lois. On appelle cela la bioéthique. Née dans les années 1960, cette discipline définit un code éthique pour la médecine.


Si la bioéthique a été mise en avant ces dernières années, c'est surtout grâce à la thématique des modifications apportées à l'Homme. On peut par exemple citer la procréation médicalement assistée, le clonage, le don d'organes ou l'euthanasie.


C'est en 1994 que trois lois ont vu le jour en France. Elles encadrent les avancées biotechnologiques du point de vue de la morale (philosophie, religion), de la science (code éthique médical) et aussi de la politique.

L'Avocat du droit des robots

Alain Bensoussan est un avocat spécialiste du droit du numérique et des nouvelles technologies. Il milite aussi pour la création d'un droit des robots.


Précurseur, il développe de nombreux arguments pour défendre sa cause. Selon lui, on ne pourra échapper à une future cohabitation avec les machines. Elles sont déjà parmi nous, la loi doit les encadrer.  

alt

AIDE 

Législation 

alt
alt

Faites défiler 

alt